Avec ce dictionnaire indispensable, réussissez votre sécession sanitaire !

L'année commence sur les chapeaux de roue et dans un état d'angoisse pire qu'en 2021 !
Souvenez-vous... En 2021, Emmanuel Macron avait refusé les injonctions lancées par les « enfermistes » de restreindre toutes nos libertés, et il avait pris le risque de ne pas décider de confinement. Le vaccin arrivait, et la polémique faisait rage sur la lenteur des premières inoculations.

Tout le monde (ou en tout cas beaucoup de gens) croyait à un retour à la normale grâce à ce fameux Pfizer à ARN Messager.
85% de la population vaccinée plus tard (et même 90% selon le gouvernement, mais nous avons un gros gros doute), la situation a empiré. Pour éviter la conclusion évidente : à savoir que la vaccination massive est un échec, Macron tente de détourner notre attention en faisant porter sur les non-vaccinés la responsabilité de la situation.

Le temps du débat sur le passe vaccinal, le gouvernement peut encore cacher la part importante de doubles vaccinés qui occupent les lits de réanimation, et faire croire que le vaccin protège contre les formes graves de la maladie. Le problème est que l'arrivée de nouveaux variants, comme O Micron, infirme lentement mais sûrement cette certitude.

Tôt ou tard, il faudra bien reconnaître que le vaccin n'offre que des avantages très limités, et les effets secondaires désastreux d'une technologie mal évaluée commenceront à apparaître inexorablement.
J'entends beaucoup de médecins très sérieux (des gens qui exercent en ville, mais aussi des professeurs d'université) tirer le signal d'alarme dès maintenant sur l'augmentation du nombre de cancers, notamment chez les femmes. Pour l'instant, aucune statistique solide ne confirme ces constats épars. Mais, « au bruit du moteur », on sent bien que quelque chose couve.

Le retour en force de la médecine naturelle

Face à la suspicion envers l'allopathie que les passages en force de Macron et de la caste mondialisée sur un vaccin incertain vont durablement susciter, il est temps de vous tourner vers la médecine complémentaire qui, comme son nom l'indique, ne propose pas de produit chimique pour se soigner.

Vous me direz à juste titre que la médecine naturelle est parfois le réceptacle de pratiques douteuses proposées par des charlatans. C'est vrai dans certains cas, mais certainement pas dans tous.

Il existe d'excellents praticiens en médecine naturelle, pas seulement en ostéopathie, mais aussi en naturopathie ou dans de nombreuses disciplines qui vous sont parfois parfaitement inconnues.
J'ai personnellement la conviction que ces disciplines de la médecine naturelle peuvent constituer une excellente façon de prévenir la maladie (notamment en améliorant notre hygiène de vie), et un complément idéal aux traitements allopathiques. J'insiste sur ce point, car je ne voudrais pas qu'il y ait d'ambiguïté entre nous.

Je suis contre tous ceux qui mènent une guerre contre la chimie. Je trouve absurde d'expliquer que la médecine c'est ou l'allopathie ou la médecine naturelle. De mon point de vue, l'essentiel est de tomber le moins malade possible et de guérir aussi vite que possible quand la maladie survient. L'essentiel est le résultat, pas le moyen d'y arriver.

En revanche, comme les médecins eux-mêmes le disent, une molécule chimique produit toujours des effets secondaires, et si on peut les éviter, c'est mieux.
 
Dans ce paysage, une urgence apparaît, savoir de quoi on parle, quand on parle de médecine naturelle.

Un dictionnaire pour y voir plus clair

C'est pour vous aider sur cette trajectoire de « formation » que la doctoresse Hélène Assali a rédigé un Dictionnaire des pratiques de la médecine complémentaire, publié aux éditions Culture & Racines.

Hélène Assali est une grande sceptique en matière de médecine complémentaire, et une farouche partisane de l'allopathie. C'est pour cette raison que son travail me semble d'un intérêt majeur : elle ne peut être soupçonnée d'aucune complaisance vis-à-vis de ces médecines.

Elle les a méthodiquement recensées et méthodiquement décrites, en se référant à leurs « textes fondateurs ». C'est un travail énorme de compilation et de vérification qu'elle a réalisé pendant un an.

Elle en sort un magnifique ouvrage que vous pouvez acheter en ligne sur tous les sites.

Grâce à cet ouvrage, vous saurez exactement à quoi correspondent les disciplines de médecine naturelle qui sont proposées par des praticiens, et vous saurez comment elles doivent être pratiquées « dans les règles de l'art ». C'est un premier pas vers la dissipation du charlatanisme.

Bien entendu, il vous reste encore à identifier qui sont les bons praticiens. Ceux-là sont généralement connus par le bouche à oreilles : celui-ci reste la meilleure méthode pour distinguer le bon grain et l'ivraie.

Nous ne saurions ici que vous recommander de vous méfier des « Doctolib » de la médecine naturelle, où traînent souvent des gens qui sont en mal de patientèle, faute d'être compétents ou efficaces. Nous vous recommandons de ne jamais vous adresser à quelqu'un dont vous n'avez pas entendu parler, sauf munis de votre Dictionnaire Assali qui vous donnera de précieux éléments pour ne pas être piégé.

Je vous recommande chaleureusement cette lecture ! Et meilleurs vœux à tous.

Éric Verhaeghe
Fondateur du Courrier des Stratèges.

Articles en relation