« Project Syndicate » et Soros : vers une opinion publique mondiale unifiée

- Catégories : Articles , Auteurs , Billets d'actualité
L'OJIM reprend ici un article du Junge Freiheit paru le 12/12/2020. Certains intertitres sont de leur rédaction.


SOROS CONTRE ORBÀN DANS LA PRESSE RÉGIONALE ALLEMANDE

Un article du Berliner Tagesspiegel, publié sur le site en ligne de ce quotidien berlinois, a récemment fait sensation dans le paysage médiatique allemand. Son auteur : le multimilliardaire et « philanthrope » George Soros, invité à s’exprimer dans les colonnes du journal. Son contenu : rien de bien nouveau — Soros s’attaque à son pire ennemi, le Premier ministre hongrois Viktor Orbán, le qualifiant de « kleptocrate effronté » et de « délinquant en série » qui pille son propre pays. Ce qui surprend, par contre, c ‘est qu’un quotidien de Berlin, à caractère plutôt local, publie un auteur de ce type. Comment cela a‑t-il pu être possible ?

LE PROJECT SYNDICATE 2020

La réponse se trouve à la fin de l’article : « Traduit de l’anglais par Jan Doolan. Copyright : Project Syndicate, 2020 ». Le texte n’a donc pas été publié en exclusivité.
En fait, ce règlement de comptes, par journal interposé, est apparu sur la plate-forme « Project Syndicate » le 19 novembre dernier, et, dans les mêmes termes, dans des dizaines d’autres journaux à travers le monde.

500 TITRES DE PRESSE DANS LE MONDE

Le Tagesspiegel de Berlin n’est que l’un des nombreux périodiques ayant rejoint ce réseau de presse fondé en 1995. De même que des quotidiens ou des hebdomadaires à couverture nationale comme, par exemple, le Handelsblatt et la Wirtschaftswoche, consacrés tous deux au monde de l’économie et de la finance.
Plus de 500 journaux, magazines ou sites d’information dans le monde, avec un tirage total de près de 70 millions d’exemplaires ont rejoint l’ONG de presse basée à Prague. Parmi eux, des journaux de premier plan comme Le Monde (France), le Corriere della Sera (Italie) ou El País (Espagne).
Ce Project Syndicate prétend fournir des « commentaires originaux et de haute qualité » à un public mondial. "Grâce aux contributions exclusives de personnalités politiques, de décideurs, de scientifiques, de chefs d’entreprise et de militants citoyens du monde entier, nous offrons aux médias d’information et à leurs lecteurs des analyses et des informations à jour, quelles que soient leurs ressources financières"

La majorité des membres du réseau reçoivent d’ailleurs ces contributions gratuitement pour certains ou presque pour d’autres.

D’ANCIENS MINISTRES ET DES PERSONNALITÉS CONNUES COMME INTERVENANTS

Ainsi l’ONG tente de déterminer le discours global sous couvert d’«aspects de l’opinion mondiale». Si l’éventail des sujets est large, allant de la politique économique et des stratégies de croissance mondiale aux droits de l’homme, en passant par l’islam et le climat, la variété des opinions émises est extrêmement limitée. Le cercle des personnes autorisées à s’exprimer, plutôt restreint : des écologistes verts aux politiciens néoconservateurs, tous défendent des positions dominantes bien connues. Mais aucun esprit vraiment critique n’y souffle pour ébranler les structures établies.

Lire la suite de l'article sur l'Observatoire du Journalisme

Articles en relation

Partager ce contenu