L'Empire écologique ou la subversion de l'écologie par le mondialisme
zoom_out_map
chevron_left chevron_right

L'Empire écologique ou la subversion de l'écologie par le mondialisme

Dans L'Empire écologique, Pascal Bernardin dénonce l’écologie subvertie par le mondialisme.

23,00 € TTC 21,80 € (HT)
warning Derniers livres en stock

Paiement 100% sécurisé.
Livraison dès 4,50€ en France métropolitaine (pas de livraison vers les DOM-TOM).
Livraison offerte dès 100€ d'achat.

Description

La disparition du communisme et la promulgation simultanée du Nouvel Ordre Mondial semblent s'être produites sur un vide idéologique absolu. Pourtant l'Empire mondial qui s'édifie sous nos yeux ne saurait se priver du ciment idéologique qui pourra seul assurer sa pérennité. Les organisations internationales, dont le pouvoir augmente chaque jour, doivent d'autre part légitimer leur existence et la disparition progressive des États.

Or une idéologie révolutionnaire émerge silencieusement. L'écologie, subvertie et détournée de sa fin première, véhicule une conception totalitaire de la nature et du monde. L'homme y est considéré comme un élément du Tout et doit se soumettre aux impératifs du développement "durable". Ce renversement de perspective le prive de sa dignité naturelle et fraie la voie aux deux principaux mouvements totalitaires de notre époque : le mondialisme et le Nouvel âge. Simultanément, on met en exergue les problèmes écologiques globaux, tels l'effet de serre et le "trou" dans la couche d'ozone, qui imposeraient une collaboration de toutes les nations sous le contrôle d'institutions internationales et d'un pouvoir mondial fort.

Cette nouvelle conception qui fait passer du local au global, du national à l'international, de l'homme à la Nature, nie l'individu face au Tout, les Etats face aux institutions internationales et la société face au pouvoir. Ainsi voit-on apparaître les prémisses idéologiques de l'Empire écologique, dernier avatar du totalitarisme.

En s'appuyant principalement sur les publications officielles d'organisations internationales, l'auteur montre que les conséquences révolutionnaires de ce renversement de perspective se déclinent dans tous les domaines : politique, économique, démographique, mais surtout spirituel, religieux et éthique. La perestroïka et la disparition du communisme, loin d'avoir marqué l'échec de la Révolution, ont permis d'effectuer la synthèse entre le communisme et le grand capitalisme et ont fait converger toutes les forces révolutionnaires : communistes, mondialistes et "humanistes".

L'étape révolutionnaire actuelle, qui s'appuie principalement sur la conception de Dieu, de l'homme et du monde véhiculée par une écologie dévoyée, doit aboutir à l'instauration d'une nouvelle civilisation et d'une spiritualité globale ! Ainsi s'achève la subversion de la véritable écologie, respect dû à l'œuvre du Créateur. 

À propos de l'auteur :
Ancien élève de l'Ecole Polytechnique, Pascal Bernardin est l'auteur de Machiavel pédagogue - Prix Renaissance 2000 - et de L'Empire écologique, ouvrages consacrés à l'exposition de la politique des institutions internationales dans les domaines de la pédagogie et de l'écologie. S’appuyant sur d’innombrables écrits, il démontre que se modifie progressivement la conception de l’homme et de Dieu au sein même du monde catholique. Ainsi prouve-t-il que des infiltrations politico-religieuses panthéistes, gnostiques et maçonniques, œuvrent en faveur d’un syncrétisme religieux, avec une spiritualité globale qui aboutit à « surnaturaliser la nature » et « naturaliser le surnaturel ». L'auteur a annoncé que cette « Spiritualité Globale », qui sera la Religion Universelle rivée au Gouvernement Mondial, fera l’objet d’un prochain ouvrage, complémentaire à celui qu’il vient de publier.

Fiche technique

978-2950957016
0.50 kg
Fiche technique
Nombre de pages :
592
Format :
16 x 23.5 x 3cm

Commentaire d’un lecteur

Pour peu qu’ils veulent bien le lire. Après une courte introduction avec Machiavel pédagogue, son premier ouvrage, Monsieur Bernardin vient parfaire sa thèse avec brio. Après le démontage du mythe du trou dans la couche d’ozone, l’actuel consensus du changement climatique anthropique est sérieusement mis à mal par cette étude qui additionne l’analyse scientifique de la question, mais aussi politique et théologique. On se demande où l’auteur va trouver toutes ses références pour appuyer ses affirmations, toutes aussi importantes les unes que les autres ! La conclusion est proprement renversante. Après lecture, on s’y prendra à 2 fois avant de se larmoyer sur notre prétendue entière culpabilité envers la santé (« trop ») dégradée de notre « Terre mère Gaya ».  »

Vous aimerez aussi