Présentation en Roumanie de « Neuro-pirates – Réflexions sur l’ingénierie sociale » I Par Lucien Cerise

L'organisateur de la conférence, Iurie Rosca est préfacier à la nouvelle édition du livre de Pierre-Antoine Plaquevent, SOROS et la société ouverte, métapolitique du globalisme. Vous retrouverez également dans le livre, la longue postface de Lucien Cerise...


Le vendredi 24 janvier 2020, à l’invitation de Iurie Roșca et de son équipe de l’Université Populaire de Moldavie, j’ai eu le plaisir de venir à Bucarest pour participer à une soirée de lancement de la version roumaine de « Neuro-pirates ». Publié originellement en 2016 aux éditions Kontre Kulture dirigées par Alain Soral, ce livre – mon second sur le thème de l’ingénierie sociale – a été traduit pour le public roumanophone par Roxana Iordache, en partenariat avec la maison d’édition Mica Valahie, dirigée par Mariana Heroiu.

Cette soirée de vernissage m’a donné l’occasion d’exposer à Bucarest un historique de la notion d’ingénierie sociale et de brosser rapidement l’état de mes recherches sur le sujet en m’appuyant sur le cas de la France. Dans ce pays, mais aussi dans de nombreux autres, l’ingénierie sociale appliquée par le pouvoir consiste à gouverner par le chaos, organiser scientifiquement la guerre de tous contre tous, amplifier consciemment les contradictions au lieu de les résorber, donc planifier méthodiquement l’entropie sociale dans un immense conflit triangulé divisant la société et l’esprit pour dresser leurs parties les unes contre les autres : les femmes contre les hommes, les enfants contre les parents, les religions et les identités chacune contre l’autre, etc.

En termes de collapsologie, il s’agit d’un dysfonctionnement général provoqué, au moyen d’un effondrement contrôlé des structures sociales et mentales de la population, ce qui induit en retour une anxiété latente et des mécanismes de compensation par la violence, aggravant encore, par effet de cercle vicieux, l’instabilité du système et augmentant son incohérence à tous les niveaux de l’existence. Cette épidémie de dislocation mentale qui est en train de détruire la France doit être contenue pour ne pas s’étendre trop loin, d’où l’importance d’avertir nos amis d’Europe de l’Est pour qu’ils se protègent contre une influence occidentale délétère.

J’adresse mes remerciements les plus chaleureux à tous les camarades moldaves et roumains qui ont participé à ce projet éditorial et à l’événement du 24 janvier, au public qui est venu nombreux pour assister à cette conférence, et au restaurant militant La Copac (L’arbre), où nous avons fait plusieurs bons repas arrosés de Palinka, la vodka roumaine. J’espère revenir dans la région dès que possible !

La conférence, tenue à l’hôtel Cișmigiu, fut captée en vidéo par l’antenne moldave de l’agence de presse Sputnik, présentée par Iurie Roșca, avec la participation de Cristi Pantelimon, professeur de sociologie, Dragoș Dumitriu, politologue, et la traduction simultanée de Clement Sava.

Lucien Cerise.
2 Juin 2020

Vidéo de la conférence : 

Articles en relation

Partager ce contenu